Michel Barnier

Au cours de son audition devant l'Assemblée Nationale, Michel Barnier a prouvé que l'esperanto pouvait faire gagner l'Europe en efficacité.

Il n'a pas caché en effet que le retard qui amenait probablement la clôture du processus Brexit à fin février voire au-delà était dû à l'obligation de traduire l'accord en 24 langues et à en assurer ensuite le contrôle dans chaque langue nationale.

Assurer un outil de communication orale et écrite commun ferait économiser des tonnes de papiers - l'accord comprend plus d'un millier de pages - mais surtout du temps aux collaborateurs européens. Et ne dit-on pas que le temps, ... c'est de l'argent ?

La fédération de Dordogne-Périgord - fervent défenseur de la langue française et de son rayonnement dans le monde - encourage cependant l'usage de l'esperanto comme langue commune européenne.

Un outil de communication commun pour l'Europe