Haut Karabagh

Après l’accord du 10 novembre mettant un terme au conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, 70 % de la population arménienne du Haut-Karabakh a été déplacée, refusant de passer de nouveau sous contrôle de l’Azerbaïdjan. Une nouvelle fois, les populations civiles paient un lourd tribut.

Devant cette situation humanitaire dramatique, le Mouvement Radical enjoint le Président de la République à engager davantage la France, en tant que co-présidente aux côtés de la Russie et des Etats-Unis, du Groupe de Minsk mis en place par l'Organisation de Sécurité et de Coopération en Europe, dans la recherche d’une solution pacifiste à ce conflit.

"Les communautés européennes et internationales doivent sans délai se saisir de tout moyen permettant d’assurer la protection et la sécurité des habitants du Haut-Karabakh" ajoute Véronique Dubeau-Valade, président de la fédération périgordine du Mouvement Radical.

Notre solidarité envers les populations civiles arméniennes doit être totale. Elle s’exprime non seulement par une solidarité humanitaire mais également par un appel au respect du patrimoine culturel et cultuel arménien dans cette région. C’est pourquoi le président du Mouvement Radical, Laurent HENART, président du groupe d’opposition Nancy Alternative, a souhaité présenter ce 14 décembre, à l’occasion de la réunion du Conseil Municipal de Nancy, une motion de soutien aux populations civiles du Haut-Karabakh par une aide sanitaire et humanitaire de la ville, et appelle les autres collectivités à participer à cette mobilisation.